Flash banni : Le PDG d’Adobe répond à Steve Jobs

Mis à jour : Dimanche 26 septembre 2010 à 16h41
4

Le PDG d'Adobe, Shantanu Narayen (à droite).

C’est vraiment la guerre ! Oui, à leurs débuts, les fondateurs d’Adobe – le créateur de Photoshop – et Apple – qui a contribué à la généralisation de la PAO (Publication Assistée par Ordinateur) – avaient beaucoup d’intérêts en commun. Et les uns visitaient les garages des autres, là où tout a commencé. Mais le climat a bien changé. Hier, Steve Jobs prenait publiquement la plume pour expliquer, point par point, les raisons qui justifient que Flash n’aura jamais sa place sur l’iPhone, sur l’iPod Touch, sur l’iPad, et potentiellement sur toutes les déclinaisons d’appareils mobiles tactiles qu’Apple pourrait inventer. Quelques heures plus tard, depuis San José, son homologue de chez Adobe, Shantanu Narayen, a répliqué point par point, lors de cette interview vidéo accordée au Wall Street Journal (en anglais).


| | | | | | | |
4 commentaires

COMMENTAIRES POSTÉS

  1. Pingback: la minute iPhone : Avatar (test) + Flash + le vendeur du proto | frenchiPhone

  2. Après 25 ans de mac et possédant un iphone depuis le début, je suis très déçu, et je pense passer à Androïd pour mon téléphone.

  3. Flash, « Open Platform » « Open System » ? De qui se moque t’on ? Flash est une application propriétaire et fermée. Le plus, Android est sorti en octobre 2008, et Flash n’est annoncé en Beta sur Android que le mois prochain. Flash n’est toujours pas disponible sur WebOS ou Blackberry.

    La réalité, c’est qu’Adobe s’est installé sur le fait que les gens installaient Flash par défaut sur leur PC, ne l’a pas réellement optimisée, mais a ajouté fonction sur fonction pour en faire un monstre de lourdeur, et a laissé les versions mac et Linux pourrir dans leur coin. Et a complètement oublié les OS mobiles.

    Je rappelle de plus que Flash rame déjà pas mal sur PC, alors ils devraient commencer à faire une plateforme performante plutôt que de se plaindre…

LAISSER UN COMMENTAIRE