Test : Matrox DS1, la 1ere station d’accueil Thunderbolt

Mis à jour : Vendredi 21 décembre 2012 à 11h45
3
Station d'accueil Matrox DS1 avec alimentation secteur devant un MacBook Air.

Matrox DS1 : la 1ère station d’accueil Thunderbolt.

A peine commercialisée – elle a commencé à arriver dans les magasins, mercredi -, la DS1 signée Matrox – DS comme Docking Station – est déjà en test sur TEKNOLOGIK. Il s’agit de la toute première station d’accueil Thunderbolt. Elle se destine essentiellement aux possesseurs de MacBook Air et de MacBook Pro Retina (13″ et 15″), et dans une moindre mesure, de MacBook Pro 13″ et 15″ (non Retina) : elle offre en effet quasiment tous les ports absents des portables Apple les plus récents. C’est dire si elle était très attendue.

Impression de solidité

Premier coup d’oeil : la DS1 est d’un format rectangulaire et frôle les 500 grammes sur la balance (488 grammes sans son alimentation secteur pour être précis), ce qui en fait un accessoire au poids non négligeable : la faute à sa carrosserie en aluminium particulièrement épaisse. Mais la contrepartie de ce poids, c’est une grande impression de robustesse dès le premier contact. Avec ses quatre pieds antidérapants, la DS1, une fois posée sur un bureau, ne bougera pas, même en cas d’utilisation de câbles relativement rigides. Maintenant, d’un point de vue esthétique, le gris métal n’est pas tout à fait coordonné à celui du MacBook Pro et du MacBook Air. Le gris Matrox est légèrement plus foncé. Mais c’est vraiment histoire de pinailler.

Livrée sans câble Thunderbolt

Les connecteurs à présent : sur la face avant, on trouve le port essentiel et incontournable : le port Thunderbolt qui sert à relier la DS1 au Mac. Un câble Thunderbolt est donc indispensable. Malheureusement, il n’est pas fourni par Matrox. Il faudra donc ajouter 49 € TTC au prix de la DS1 pour pouvoir l’utiliser. A gauche du port Thunderbolt, on trouve le seul port USB 3.0 présent sur la DS1. Tous les autres connecteurs sont placés au dos de la station d’accueil. On trouve un port Ethernet Gigabit, deux ports USB 2.0, une sortie casque audio, une entrée micro au format minijack et, selon le modèle de DS1, soit une sortie DVI (DVI-D, pour être précis), soit une sortie HDMI. C’est à vous de choisir, au moment de l’achat. Ce choix dépend du type de moniteur que vous souhaitez utiliser avec la DS1 : si c’est un écran plat type téléviseur, optez pour la sortie HDMI. En revanche, si vous souhaitez brancher un moniteur informatique, préférez la version DVI. Reste le connecteur du cordon d’alimentation secteur (12V, 2.0A), livré avec les principaux formats de prises électriques (USA, UK, Europe dont France).

Bénéfice évident avec un MacBook Air

Alors, que peut-on faire avec la DS1 ? Le bénéfice est particulièrement évident avec un MacBook Air. Concrètement, en reliant une DS1 à un MacBook Air, vous gagnez : un 3e port USB 3.0, deux ports USB 2.0, une prise réseau Gigabit Ethernet, une sortie DVI ou HDMI qui – autrement – nécessiterait un adaptateur MiniDisplay Port qui, lui-même, monopoliserait l’unique port Thunderbolt sur le Mac, et enfin une entrée micro, elle aussi absente sur le MacBook Air. Si vous avez un MacBook Pro 13″ ou 15″, les bénéfices seront moins évidents dans la mesure où le portable est mieux doté, en série. Mais si vous avez un MacBook Pro 13″ ou 15″ Retina, le port Ethernet Gigabit et l’entrée micro doivent également vous manquer.

Brancher un écran externe bon marché

Pour faire fonctionner la DS1, pas besoin de pilote. Il suffit de la relier au Mac. Ce n’est pas une raison pour livrer l’appareil sans aucun mode d’emploi : gageons que cet oubli sera réparé sur les exemplaires destinés à la commercialisation en France. Notre exemplaire de test, fabriqué au Canada, est arrivé directement de chez Matrox, au Royaume-Uni, dans son emballage pourtant scellé et définitif. L’un des principaux bénéfices apportés par la DS1, c’est évidemment la connexion d’un écran externe bon marché, autre que l’écran Thunderbolt Apple. Les résolutions maximales : 1920 x 1080 pixels en HDMI (Full HD) et 1920 x 1200 en DVI. Concrètement, ce 2e écran peut devenir le moniteur principal, en transformant l’écran du portable en écran secondaire. On peut même fermer son MacBook Air et utiliser une souris et un clavier sans fil, pour se concentrer sur le plus grand des deux écrans.

Tous les ports utilisables simultanément

Le port Ethernet Gigabit, vous en avez l’habitude. Mais pour l’ajouter au MacBook Air, il faut utiliser l’un des deux ports USB 3.0 pour brancher l’adaptateur Apple (lui-même USB 2.0 et donc n’espérez pas un débit réellementà la hauteur du gigabit, merci Lionel de MacBidouille). La DS1 permet de conserver les deux ports USB 3.0 auquel s’ajoute le port USB 3.0 frontal de la station d’accueil. Evidemment, pour branche un clavier étendu, votre imprimante, votre scanner, votre clé USB ou votre iPhone, vous utiliserez plutôt l’un des ports USB 2.0 au dos. La beauté du Thunderbolt est qu’il permet d’utiliser tous ces ports en même temps, et au choix.

Une première mondiale

En conclusion : la DS1 est bien la 1ère station d’accueil Thunderbolt au monde, Matrox ayant, au final, pris Belkin de vitesse. Si Matrox avait réussi à tenir le délai initial – la DS1 avait été annoncé en juin, avec une arrivée qui était prévue en septembre -, le spécialiste des cartes graphiques et des convertisseurs vidéo aurait certainement réussi à vendre son boitier par palettes entières, dans la mesure où il aurait permis d’offrir l’USB 3.0 à des Mac qui en étaient dépourvus. Néanmoins, le succès sera sans doute au rendez-vous assurément, les bénéfices restant nombreux, que ce soit le raccordement d’un écran externe bon marché, le port réseau, l’entrée micro, le 3e port USB 3.0 et les deux ports USB 2.0. Son prix annoncé (environ 260 € TTC) le réserve, en revanche, plutôt, à un public averti. Dernier point : l’absence d’un 2e port Thunderbolt. C’est dommage pour les possesseurs de MacBook Air, équipé d’un seul port Thunderbolt, sauf à considérer que la DS1 offre tout ce qu’on peut espérer connecter au port Thunderbolt, en un seul appareil. Et puis, il est tout à fait possible, par exemple, de relier une tour de disques durs RAID Thunderbolt – comme le Pegasus Promise R4 ou R6 – au Mac, et de profiter de la double connectique Thunderbolt de la tour de disques, pour brancher la DS1 en fin de chaine.

Benjamin VINCENT

Note : 16/20

Les +

  • Robustesse du boitier.
  • Disposition judicieuse des ports entre l’avant et l’arrière du boitier.
  • Sortie pour brancher un 2e écran.
  • Ethernet Gigabit.
  • Entrée micro.

Les -

  • Un seul port Thunderbolt.
  • Un seul port USB 3.0.
  • Nécessité de choisir entre HDMI et DVI au moment de l’achat.
Image de prévisualisation YouTube

 


|
3 commentaires

COMMENTAIRES POSTÉS

  1. livré sans câble thunderblot donc au final câble compris 300 €

  2. Cher pour ce que ça apporte.

    Perso j’ai opté pour un écran externe pour chez moi.

    A solution ?

    Branchement mini-display/ dvi (ou VGA, je me mélange les pinceaux entre les deux) (bon il faut un transfo display/dvi) et branchement USB3 pour les données.
    le minidisplay à la même tête que le thunderbolt

    l’écran possède 4 ports USB3, donc souci réglé pour les USB et branchement disque du externe.
    Il à même une sortie audio (bien que je ne vois pas trop l’intérêt)

    Et tout ça avec un écran IPS (très bon rapport qualité prix, moi qui fait de la photo) pour 470€. (transfo display/dvi compris dans le tarif). En plus tous les câbles sont fournis par l’écran (VGA, DVI, HDMI, Display port)

    Clavier USB branché sur l’écran, sourie Bluetooth direct sur le pc, disque du externe sur l’écran, sortie audio Buetooth.
    Clé USB direct sur écran.

    En clair j’ai le minidisplay à brancher et le USB à brancher.
    Ok c’est deux câbles et pas 1.

    Avec matrox, c’est 300€… et la question de l’écran n’est pas abordé.

    finalement ça apport quoi ? Ah si l’Ethernet, ça je peux comprendre.
    Mais là, on rentre dans les solutions pro.

  3. Ça apporte la possibilité d’utiliser l’écran de son choix, sur n’importe quel ordinateur. l’Apple display ne se connecte que sur du thunderbolt. Par contre la Connectique est trop limitée ! Il manque au moins un port fire wire, un hdmi et un autre thundrbolt! Alors que les Mac gèrent les définition élevées on se retrouve bridé avec de l’Hdmi et du Dvi . J’attends impatiemment l’express Dock de Belkin qui en donne plus ( malheureusement pour encore plus cher.

LAISSER UN COMMENTAIRE